CONNAISSEZ VOUS BIEN LE MARCHE DU BIEN-ETRE?

Depuis de nombreuses années, les espaces liés au bien-être de la population se multiplient en France. Lorsque les gens sont fatigués, de mauvaise humeur ou stressés, avoir recours aux outils du bien-être et de la santé naturelle, leur permet de se sentir mieux, d’oublier les tracas quotidiens, de se relaxer.
Les métiers du bien-être sont en pleine évolution. Ainsi, certaines professions qui n’existaient pas il y a quelques années sont en pleine expansion. C’est le cas par exemple des métiers de praticien du bien-être, de naturopathe, de sophrologue ou bien encore de relaxologue.

LE MARCHE DU BIEN-ETRE EN FRANCE

En France, le marché du bien-être ne cesse d’évoluer. Selon l’INSEE, il représente, en 2012, 288 465 entreprises, un chiffre d’affaires de 37,5 milliards d’euros et 542 846 salariés. Des chiffres qui ne font qu’augmenter car le marché est en pleine effervescence. En France, le secteur du bien-être est considéré comme un secteur porteur globalement, malgré un contexte économique compliqué. Il s’agit d’un marché qui profite d’une croissance constante d’environ 7% chaque année.

Le marché du bien-être pèse, aujourd’hui en France, plus lourd que l’industrie de la mode et du luxe, ou que l’industrie aéronautique et spatiale (source mesacosan). Un marché en pleine croissance dont l’évolution n’est pas prête de s’arrêter.
La recherche du bien-être dans nos sociétés modernes n’est pas une simple mode, mais une tendance lourde qui s’inscrit de manière profonde dans nos habitudes sociales.

Le développement constant et la croissance continue de ce marché depuis ces 20 dernières années en sont la preuve. D’autant plus que ce développement et cette croissance se poursuivent aujourd’hui, malgré un contexte économique compliqué et incertain.

Investissant toujours plus de nouveaux territoires, le marché du bien-être englobe désormais une très large variété d’activités comme le coaching, les cosmétiques (soins beauté et anti-âge), le fitness, la remise en forme, la relaxation, le massage, les spas, la thalassothérapie, les médecines dites douces, la diététique, les produits bio, les compléments alimentaires, le tourisme bien-être…

En France, l’étendue du marché du bien-être peut se résumer en 3 chiffres (source Insee): 288 465 entreprises.
542 846 salariés.
– 37,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires.

Ces chiffres ne sont pas anodins, l’industrie du bien-être est équivalente en termes de chiffre d’affaire à l’industrie pharmaceutique (40,6 milliards d’euro).

En termes de salariés, l’importance du secteur du bien-être est encore plus flagrante, avec un nombre de salariés supérieur à celui du secteur automobile (320 000 salariés) ou encore supérieur à celui du secteur agro-alimentaire (390 000 salariés).

POURQUOI UN TEL MARCHE DU BIEN-ETRE?

Les Français ont aujourd’hui fait de leur recherche de l’équilibre un principe de vie : ils cherchent à manger mieux, vivre mieux, aimer mieux, travailler mieux
Le fait est que « l’accès au bien
-être est désormais une condition sine qua non pour être heureux » (Ipsos). Au point qu’un Français sur deux (45 %) affirme avoir entrepris au moins une action destinée à accroître son niveau de bien-être corporel dans les 6 derniers mois et qu’un Français sur trois (36%) déclare consulter régulièrement des articles ou des livres traitant du bien-être.

Un Français sur quatre a déjà consulté un professionnel (26%) ou a consommé des compléments alimentaires spécifiques (23%). Enfin, plus d’un Français sur dix pratique des activités de relaxation comme le yoga, la méditation ou la sophrologie (13%). Le sondage « Les Français, la forme et le bien-être » (Ipsos – Form’Expo) ayant lui montré que 61% des Français s’adonnent à un sport, soit 6 points de plus que trois ans auparavant. Près de 15 millions de Français pratiquent du Body Fitness. La prévention de la santé étant en tête des motivations.

La recherche d’une santé et d’une jeunesse préservée, voilà la principale motivation des consommateurs du marché du bien-être. Les français cherchent à se maintenir en bonne santé et être en forme.
Et pour cela le bien-
être est la meilleure des préventions, par l’intermédiaire de l’hygiène de vie générale, de la diététique, du sport, du recours aux médecines douces et préventives ou encore aux massages.

Le but : réduire de façon notable notre niveau de stress, reconnu par l’Organisation Mondiale de la Santé comme le fléau du monde Occidental, différentes études ayant montrées les conséquences du stress sur la santé : augmentation des risques cardio- vasculaires, cancer… (Voir sur le sujet les études menées par la Lown Cardiovascular Research Foundation lowncenter.org).

POURQUOI LE MARCHE DU BIEN-ETRE VA-T-IL CONTINUER A PROGRESSER?

Un mot à lui tout seul permet de comprendre l’explosion du marché du bien-être actuel et ses perspectives à venir, le « Papy-Boom ». Les seniors représentent aujourd’hui un tiers de la population et concentrent la moitié des richesses. Cette population bénéficiant de moyens financiers élevés souhaite rester en bonne santé et prévenir l’apparition d’éventuelles maladies tout en profitant de ses revenus. « Les seniors donnent la priorité aux services et aux produits qui améliorent leur bien-être » (LongLife magazine).

Les seniors sont déjà aujourd’hui les premiers consommateurs du marché du bien-être et des loisirs, une population aujourd’hui présente sur Internet avec 86 % des seniors actifs sur les réseaux sociaux (Comscore).

UN MARCHE DU BIEN-ETRE PORTE PAR LA LOI ET LES REGLEMENTATIONS:

Le bien-être a fait ces dernières années son entrée au sein des entreprises françaises. Un développement basé particulièrement sur des obligations légales qui contraignent les employeurs à prévenir la pénibilité au travail et les risques psychosociaux. En France nous pouvons citer l’article L.41211 du Code du travail « l’employeur prend les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs ».

Ou encore le récent décret d’application de la loi du 9 novembre 2010 sur la réforme des retraites qui « prévoit que les entreprises d’au moins 50 salariés, dont au moins 50 % des effectifs sont exposés à certains facteurs de risques, doivent être couvertes par un accord ou un plan d’action de prévention de la pénibilité ». Des textes sur lesquels s’appuient aujourd’hui les professionnels du bien-être pour proposer leurs prestations aux entreprises françaises.

Notons que de nouvelles lois et réglementations pourraient voir le jour dans les prochaines années en France, sous la pression de l’Union Européenne qui s’est spécialement fixé pour objectif, dans son pacte du 13 juin 2008 « pacte européen pour la santé mentale et le bien-être » de faire du bien-être au travail une réalité européenne.

De plus comme l’indiquent Georges Margossian et Siska von Saxenbourg, deux spécialistes du marché du bien-être : « Dans les grandes entreprises, les DRH, traumatisés par la crise et son cortège de plans sociaux ne jurent désormais que par le bien-être du personnel. »

LE MARCHE DU BIEN-ETRE: LE MARCHE DU 21ème SIECL:

Le marché du bien-être actuellement en plein boom n’a cependant pas fini d’être révolutionné, en effet, l’arrivée prochaine de la robotique, des biotechnologies et des nanotechnologies vont faire de ce marché LE marché du 21ème siècle, d’après Paul Zane Pilzer, économiste américain et ancien conseiller de Bill Clinton.